SOPROP est une organisation engagée dans la lutte contre la torture depuis menant 26 ans. Elle accorde une assistance aux survivants de la torture à travers :

Une prise en charge les victimes de la torture, violences sexuelles et autres crimes par un accompagnement médical, psycho-social et juridique afin d’aider les victimes à mener une vie stable en tant que survivants de ces crimes, transmettre des messages de paix et devenir des membres actifs de leur communauté

Une réinsertion socio économiquement des victimes de la torture notamment pour autonomiser les femmes au sein de leurs familles et leurs communautés

Des actions de prévention (monitoring et plaidoyers) afin de faciliter l’accès aux soins aux victimes de la torture qui sont dans les centres de détention

La RDC est partie prenante à la Convention des Nations unies Contre la Torture et les Traitements Inhumains et Dégradants, depuis le 18/03/1996. Elle a adopté une loi portant criminalisation de la torture (loi no 11/008 du 09 juillet 2011 portant criminalisation de la torture en RDC). Depuis son adoption, des multiples initiatives ont été prises par le gouvernement mais qui n’ont accouché sur rien de concret. Aucune mesure d’accompagnement de cette loi n’a été mise en place et les agents de l’ordre y recours de plus en plus malgré les annonces officielles faisant étant d’avancées significatives vers l’établissement d’une Etat de droit.

Pour  faire  face  à  la  situation,  Dans  ce  cadre,  les  lieux  de  détention  sont  mensuellement visités (monitorage, aide médicale aux détenus victimes d’actes de torture, suivi juridique en faveur des détenus) par les équipes mobiles de la SOPROP.  Parallèlement, l’organisation mène des actions de plaidoyers en faveur du respect des droits de l’homme dans les centres  pénitentiaires (prisons et cachots). Des OPJ, des policiers, des agents sociaux (relais communautaires, agents de changement) et des structures de protection communautaires sont formés au Nord Kivu et à Kinshasa afin de renforcer leur responsabilité et leurs connaissances dans la documentation et la dénonciation des Actes de torture

C’est dans ce cadre que SOPROP a réalisé du 20 au 26 juin 2020, période qu’elle appelle la « Semaine de soutien aux victimes de la torture et autres violences » une série d’activités dans le district de Mont- Amba.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *